Fiva

Fiva

Site internet : https://www.groupe-fiva.com/

Fiva

Né à Cherbourg, le Groupe FIVA, réalise des prestations d’ingénierie technique et de support pour la construction, l’exploitation, la maintenance et le démantèlement de projets industriels.

Composé de plusieurs filiales, le Groupe FIVA intervient principalement dans trois domaines d’activités :

  • L’étude et l’ingénierie,
  • La gestion de projets,
  • Le service support à la réalisation.

Partenaire des grands donneurs d’ordre, le groupe intervient, depuis plus de 25 ans, dans les secteurs du Naval, de la Défense, de l’Énergie et de l’Environnement (eau et traitement des déchets).

Au-delà de la France, le Groupe FIVA est implanté en Espagne (TECHNO PRO Hispania) et en Australie (KADEGO & CADGILE) avec pour but d’accompagner ses clients dans leurs projets à l’International.

La culture du projet, la valeur de l’humain, le sens du service et du résultat : le Groupe FIVA c’est tout ça et bien plus encore !

 

INTERVIEW YANNICK VERGEZ

Ancien joueur, actuel dirigeant et partenaire du club .... Quelle est ton histoire avec le RCCH ?

C'est familial, je suis tombé dedans étant petit ! Mon père a participé à la création du RCCH en 1966 : il y a été joueur puis entraineur donc j’ai toujours baigné dans le rugby. Quand j’étais gamin mes, semaines étaient rythmées par les déplacements en bus, l'École De Rugby, etc.

De mémoire, j'ai commencé à l'EDR en benjamin et je n’avais pas plus accroché que ça puis, lors de mes années minimes, cadets et juniors, j'ai réellement pris goût au rugby.

Mon amour pour ce sport s’est poursuivi lorsque j’ai quitté Cherbourg pour suivre mes parents à la Réunion. J'ai signé là-bas et je suis, tout de suite passé, de juniors à séniors. Grâce aux militaires et aux fonctionnaires qui venaient vivre ici et jouer au rugby, notre équipe était dans un championnat plutôt relevé. Cela m’a permis de jouer très rapidement avec la sélection régionale.

À 20 ans, j'ai repris le rugby à Cherbourg avec Laurent Leflamand, joueur formé au club avec 8 sélections en équipe de France pour 5 essais.  En parallèle, je pratiquais le windsurf. J’avais pas mal de compétition, cela me prenait du temps et concilier les deux étaient assez compliqués alors j’ai fait le choix d’arrêter le rugby pour me consacrer à 100% au windsurf.

J’ai repris le rugby à 30 ans pour finir ma carrière en 2000. Évidemment, de temps en temps, je renfile l’équipement pour jouer quelques matchs en folklos.

Après tout ce parcours en tant que joueur, le RCCH est mon club de cœur et mon histoire avec lui n’est pas terminé : je suis maintenant dirigeant et partenaire.

Quels sont tes ambitions pour ce club ?

Je souhaite que le club se porte mieux qu'actuellement, tout comme le rugby français en général avec un XV de France qui n'est pas au plus haut. À l'inverse du rugby féminin qui se développe grâce aux bons résultats de l'équipe de France féminine.

Qu'est-ce que le rugby t'a apporté d'un point de vue professionnel ?

De belles rencontres ! Je me rends compte que beaucoup de personnes sont intéressées par ce sport. Il y a beaucoup de connexions entre ce milieu et celui de l'entreprise.

Ce sport a toujours eu une image très positive grâce à ses valeurs fortes et reconnues même si le rugby professionnel tend à changer cette image petit à petit.

Un petit mot pour le RCCH cette saison ?

Je souhaiterais que l'on renoue avec la victoire et cela est en bonne voie !

Il est important que les joueurs retrouvent leur détermination et qu’ils forment un groupe soudé.

Bien évidemment, l’objectif principal est de prendre du plaisir à jouer !

Se connecter